Comment sauver son couple en crise

Comment sauver son couple en crise

Comment sauver son couple en crise

Couple en crise : comme les signaux d’alarme

Des couples qui se quittent après des années et deux ou trois enfants, des projets familiaux et d’avenir qui s’envolent souvent à la surprise générale (” Mais comment ? ! Vu de l’extérieur, ils ne semblaient pas être en crise “) : nous connaissons de nombreux cas de ce genre.

Celui qui vit une relation de couple stable sait par expérience qu’il y a des moments plus difficiles et à mon avis, il ne s’agit pas de les laisser devenir la continuité quotidienne de la relation.

Quel est le moment de non-retour quand un couple s’effondre ? Comment le remarquer à temps ?

Nous avons demandé à Stella Coach en vie amoureuse quels sont les signes d’avertissement sans équivoque devant lesquels un couple doit s’inquiéter… et s’activer.

Quels sont les signaux clairs qui devraient alerter le couple ?

Certainement certains détails de la vie quotidienne du couple, comme ne plus attendre que le partenaire dîne ensemble, se disputer pour des broutilles, vouloir sortir plus avec des amis qu’avec son partenaire ou compagnon, ne pas se donner plus d’attention, mais surtout cesser de se parler ou de se confronter.

Au fond, le signal sans équivoque qui identifie un couple en crise n’est pas à l’intérieur du couple. Oui, c’est vrai, vous comprenez bien, si le couple est en crise, je ne le comprends pas de la part du couple, mais je le comprends de moi-même. Le couple entre en crise lorsque l’un des deux partenaires (ou les deux) n’est plus bien avec lui-même, il se sent déprimé ou étouffé par le couple parce qu’il n’est plus bien dans cette relation, il a le sentiment de ne plus être lui-même, de perdre son identité.

Mon conseil en tant que coach dans ce cas est de pouvoir se parler plus souvent, en consacrant au moins un quart d’heure par jour à reconnaître vraiment comment sont les choses. Demandons-nous : “Sommes-nous heureux ?”.

N’oublions jamais que le couple est composé de deux personnes, deux âmes, deux corps et deux personnalités. Si l’un d’eux perd son identité, le couple entre inexorablement en crise.

Y a-t-il un signal plus inquiétant que les autres ? Dis le réveil qui nous avertit de nous mettre à l’abri ?

Bien sûr, quand on sent qu’on perd de l’intérêt, de la passion. Lorsque nous nous retrouvons plus souvent à nous résigner, à être indifférents et à faire les choses bien plutôt que de décider pour notre propre bien-être. C’est le signe évident qu’il y a une crise.

En présence de ces symptômes, y a-t-il un moyen de se rétablir ou est-il déjà trop tard ? Lire un horoscope est pas bien utile !

Malheureusement, il est fort probable que nous soyons dans un état de crise plus qu’avancé. C’est une question de moments pour qu’il soit trop tard. En travaillant dur et peut-être en obtenant l’aide d’un entraîneur, vous pouvez réussir, mais le but commun doit être de vous trouver vous-même. Au fond, un problème que tous les couples en crise (et je souligne tous) ont, est lié à la communication. Et si pour sauver votre couple en crise vous en veniez au vibromasseur ? Quelques exercices pour le faciliter pourraient vous aider à parler et même à mieux vous connaître.

Je propose un exercice à cet égard : acheter deux cahiers blancs, un pour chacun. Pendant un mois, essayez de noter trois moments de la journée qui mériteraient d’être revécus et trois moments de la journée que vous ne voulez pas revivre (faites un effort, cherchez-les !) et à la fin du mois, échangez les carnets.

Le fait d’avoir écrit vous aura probablement permis de voir votre situation de façon un peu plus objective et de mieux vous connaître. Quand l’échange aura lieu, il y aura sûrement beaucoup de “mais je n’ai pas compris”, “je ne pensais pas que…” et peut-être même une “excuse” et tout cela pourrait nous faire comprendre quelque chose de plus sur notre partenaire.

Les médias sociaux, l’Internet, le fait d’être souvent connecté au Net par le biais de téléphones portables et de tablettes exacerbe la crise en éloignant davantage les couples et en rendant le dialogue plus difficile ?

Selon une recherche anglaise de l’Université d’Oxford, l’utilisation des réseaux sociaux comme forme de communication serait l’une des principales causes des crises des couples. D’une analyse attentive, il ressort fortement, comment l’utilisation des réseaux sociaux peut être une cause de problèmes pour le couple lui-même. On ne parle pas seulement de trahisons, mais surtout de la manière dont les relations, par ce moyen, se traduisent en idéalisations et en fantasmes, de manière à aboutir à la construction d’une vie parallèle, dans laquelle trouver une échappatoire à la vie réelle, mettant évidemment encore plus de difficultés de communication dans le couple. (par exemple : ” tu ne me comprends pas et plutôt que de me confronter à toi, je me réfugie dans ma vie virtuelle où je me sens plus appréciée “).

Contraception et maladies

Méthodes contraceptives efficaces. Les méthodes contraceptives sont divisées en deux catégories : hormonale et mécanique. Les hormonales concernent la pilule et le patch transdermique, tandis que les mécaniques concernent les préservatifs. Malheureusement, ce que j’appelle -les non-méthodes- sont très répandues, le coitus interruptus qui consiste à enlever le pénis avant l’éjaculation. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles on dit que ce n’est pas une méthode : tout d’abord parce que cela suppose une bonne maîtrise de soi et que les statistiques disent que le coït interrompu échoue dans 20 % des cas, et aussi parce que cela ne protège pas contre les maladies sexuellement transmissibles. Il existe également une pilule de contraception d’urgence, la pilule du lendemain, mais il est très important de ne pas confondre cette pilule avec une méthode de contraception ; elle doit être prise dans les cas où les rapports sexuels ont lieu en cas de fécondation. De plus, la pilule n’est pas efficace si l’ovule a déjà été implanté.

En ce qui concerne les maladies sexuellement transmissibles, elles peuvent être transmises non seulement par les rapports génitaux, mais aussi par les rapports anaux ou oraux. Ces maladies peuvent toucher aussi bien les hommes que les femmes, mais les statistiques nous indiquent qu’elles sont plus fréquentes chez les femmes et les adolescents (moins de 25 ans). Ils peuvent provoquer des écoulements génitaux, des démangeaisons, des brûlures, une gêne pour uriner ou être asymptomatiques. Parmi les maladies les plus courantes, on trouve l’hépatite, qui provoque une cirrhose ou un cancer du foie.

Désinformation

L’une des caractéristiques les plus fréquentes de la sexualité à l’adolescence est la tendance à associer la drogue et l’alcool à l’activité sexuelle, avec l’idée qu’ils peuvent améliorer les performances ou diminuer l’anxiété. À long terme, la consommation d’alcool diminue le niveau de testostérone dans le sang, ce qui peut entraîner des difficultés d’érection. Une autre caractéristique est la désinformation concernant le contenu de la sexualité, par exemple un commentaire d’une adolescente disant que pour ne pas tomber enceinte, il suffisait de se laver ensuite avec du coca-cola ou de faire l’amour debout ou dans l’eau. Pour les jeunes, la désinformation est plutôt valable pour l’utilisation de matériel pornographique qui les conduit à penser que la sexualité devrait être vécue de cette façon, au lieu de cela l’amour est un espace de rencontre et de partage.

0 Partages

Voir le Site


Gadel